Ecrivain en herbe

Le choix du bonheur

Thomas est assis devant son ordinateur, il consulte son écran et n’arrive pas à croire ce qu’il lit. Il sent son sang battre à ses tempes. Le monde semble s’écrouler autour de lui.
Pourtant, il y a deux mois, tout était parfait…

Il avait rencontré Laurie par le plus grand des hasards : un concours de circonstances.
Il avait passé quelques jours avec sa meilleure amie, Isabelle, et des amis en commun. Isabelle lui avait suggéré d’aller rencontrer Laurie au lycée lors d’une pause-déjeuner afin de la saluer en son nom. Cela lui ferait une surprise et permettrait, par la même occasion, de rapprocher les deux amies qui, depuis quelque temps, se voyaient moins qu’avant. Isabelle était plus âgée que Thomas et que Laurie, pourtant les deux filles avaient grandi ensemble. Évidemment, il n’avait pas manqué de remarquer immédiatement le charme de cette belle brune. D’ailleurs, personne dans sa classe, ni même dans sa section entière, ne pouvait passer à côté d’une telle beauté naturelle.
Laurie était courtisée par de nombreux garçons, mais la durée de vie de leurs histoires était inversement proportionnelle au désir qu’elle suscitait chez eux. En effet, Laurie avait conscience de son pouvoir sur les garçons et n’hésitait pas à l’utiliser.
Thomas ne l’avait jamais remarquée avant ce jour-là. Lui étant en terminale, il ne s’intéressait pas vraiment aux élèves de première.
 Les événements s’étaient enchaînés le plus naturellement du monde. Tout d’abord, Laurie fut intégrée au groupe pour les sorties. Les sorties en soirée se sont transformés en week-ends passés ensemble. Isabelle était heureuse d’accueillir le couple dans son appartement, car elle trouvait agréable de partager cette complicité avec sa meilleure amie et son ami.
Thomas était le plus heureux au monde ; Laurie était superbe, pleine d’humour et possédant un charme naturel qui, forcément, suscitait la jalousie des autres filles. Le seul bémol, Laurie savait utiliser ses charmes, et par moments cela attisé également la jalousie de Thomas.
Elle aussi paraissait heureuse ; Thomas était plus âgé, plutôt beau garçon et plein d’un humour qui ne laissait pas indifférent.

Tout semblait parfait…

Même s’ils fréquentaient le même établissement scolaire, pas question pour eux  de passer tout leur temps disponible ensemble. Ils avaient aussi leurs moments à eux, par exemple lors des pauses entre les cours ou durant le déjeuner où ils rejoignaient  leurs amis respectifs.
C’est d’ailleurs l’un de ces amis, qui présenta Julie au groupe. Julie est une jeune fille charmante, possédant une forte personnalité.
Elle était alors en couple avec un garçon à qui elle ne facilitait pas la vie. Julie était le genre de fille qui ne manque pas de prétendants et le garçon le savait très bien : pouvoir parader avec Julie à son bras était un privilège, mais pour cela, il fallait supporter son fort caractère.
À ce moment-là, Thomas ne savait pas que cette rencontre allait changer sa vie pour longtemps.
   -  Est-ce que tu vas prendre le bus de la ligne C pour rentrer chez toi ? lui dit-il.
   -  Oui, effectivement. Toi aussi ? lui répondit Julie, sans pour autant s’intéresser à sa réponse.

Pourtant, le mercredi suivant à midi, ils se retrouvèrent à partager la même banquette dans le bus qui les ramenait chez eux.
Les jours se suivent et Julie descend du bus de plus en plus tard, partageant ainsi un peu plus de temps avec Thomas.
Une semaine plus tard, il lui dit qu’il aurait bien voulu lui montrer un livre qu’il lit en ce moment et qui devrait lui plaire à elle aussi.  Malheureusement et c’est dommage, il ne l’a pas avec lui aujourd’hui.
   -  Tu connais le grand parc juste à côté ? lui demande Thomas.
   -  Oui, bien entendu, il n’est pas loin de chez moi, lui répond Julie, l’air intéressé.
   -  On pourrait s’y retrouver après le repas. Comme ça, je te montrerai mon livre. Ça te dit ?
   -  Je vais voir si je peux, car, mon père n’aime pas que je sorte l’après-midi, au lieu de  réviser. S’il n’est pas là, c’est ok. Note mon numéro et donne-moi le tien ; je t’envoie un SMS si c’est bon pour moi.
    -   D’accord, voilà mon numéro : 07… A tout à l’heure…
    -   Oui, à tout à l’heure.

Durant tout le repas, Thomas n’a pas arrêté de regarder son téléphone, au point de ne presque rien manger. Il pensait que si Julie ne pouvait pas venir, sa journée serait gâchée. Comme, à 16 ans, tout est multiplié, il avait l’impression que sa vie en dépendait !
Durant cette heure et demie, il n’avait plus du tout Laurie en tête. Même s’ils avaient passé un superbe week-end ensemble, partageant des pizzas et vivant une soirée magique, elle était loin de ses pensées pour l’instant.
À 13h48, il reçut le message tant attendu :
« Ok, pour moi. On se rejoint au parc à 14 h. C’est bon ? J »
La réponse ne se fait pas attendre :
« Oui, à tt. »
C’étaient leurs premiers messages. Ce ne fut pas facile de choisir des termes neutres, alors que tous les deux étaient impatients de se retrouver.

Comme prévu, Thomas arriva à 14h04, rencontrant sur le chemin Julie venue à sa rencontre.
Elle était magnifique, portant une tenue qui mettait ses formes en valeur, sans être trop provocante.
Quand Thomas a croisé la silhouette de Julie et quand son regard s’est posé sur son visage, sa respiration s’est accélérée et son cœur a battu plus vite. À cet instant précis, son cerveau a dû faire un choix.
 Il aurait pu lui dire ceci :
« Tu es dans la merde. Quelqu’un va avoir mal ! »
Au final, il lui a dit :
« Elle est magnifique ! »

Le mercredi après-midi allait devenir leur moment à eux. Le parc, leur refuge. Avec le temps, il n’eurent plus besoin d’excuses pour se voir. Leurs sujets de conversation ? Ceux d’adolescents (presque adultes) de leurs âges. Il n’y aura jamais un baiser, au mieux sa tête à lui sur ses genoux à elle. Au pire ? Une main dans des cheveux, cherchant le contact de la peau de l’autre. À chaque fois : un sourire émerveillé lorsqu’ils se retrouvent.

Cependant, Thomas se sent bien avec Laurie, elle est toujours aussi désirable…  mais il y a Julie…
Julie a rompu avec son petit ami du moment, qu’elle trouve  trop « collant ». Il aurait voulu passer plus de temps avec elle… alors qu’elle préfère la compagnie de Thomas.

En dehors du mercredi, il y a, heureusement, Facebook. L’application de chat permet de recréer un peu d’intimité pour continuer leurs conversations existentielles sur LA série à ne pas manquer sur Netflix - le dernier potin sur les stars - ou la dernière vidéo de Norman, à voir de toute urgence.

Aujourd’hui, la conversation n’est pas du tout aussi légère.
Thomas est assis devant son ordinateur et c’est tout juste s’il arrive à réaliser ce que signifie ce que vient d’inscrire Julie sur le chat de Facebook. Il savait pourtant que ça aller arriver, car elle était célibataire depuis quelques semaines et cela correspondait au début de leurs moments au parc. Forcément, elle en voulait plus.
« Thomas, j’adore ces moments à nous deux… mais ça ne peut plus durer. Je vois Laurie tous les jours au lycée et je sais que c’est ta petite amie. Donc, soit tu fais un choix clair et définitif, soit c’est moi qui le fais…  et dans ce cas, on arrête tout maintenant. »

Julie avait raison, même s’ils n’avaient pas franchi la ligne rouge. Il avait forcément des choses à se reprocher… sinon, pourquoi n’avait-il pas dit à Laurie qu’il voyait Julie au parc en « tout bien, tout honneur ».
Même s’il se sentait bien avec Laurie il ne voulait pas perdre Julie. En fait, il ne voulait SURTOUT pas perdre Julie.

Lorsqu’il pensait à l’avenir, celui auquel on pense quand on a 16 ans, il le voyait avec Julie.
Lorsqu’il l’apercevait, il était comme sur un nuage, et son coeur battait la chamade.
Il passait beaucoup plus de temps à échanger des messages avec Julie qu’avec Laurie.

C’est décidé. Il prend son téléphone et :
   - Allô ? Laurie ?
   - Oui. Ca va ?
   - Oui… en fait, non… mais ce n’est pas grave. Qu’est-ce que tu as fait de beau aujourd’hui ?
   - Bin…  aujourd’hui, on est allé à la plage avec ma copine. C’était cool.
   - Ah bon ? Je n’savais pas que tu avais prévu d’y aller…
En fait, Laurie (Thomas ne peut retenir ses larmes), je pense que, tous les deux, ça ne peut        pas durer. Je me dis que tu attends des choses que je ne peux pas te donner. Et pour moi, c’est pareil.
   - Oui, je le sais bien. (Laurie a aussi les yeux embués). Je me doutais que ça aller arriver… tu es bien trop jaloux pour moi.
   - Oui, tu as malheureusement raison… mais sache que tu restes importante pour moi… Bonne chance pour la suite… je te souhaite d’être heureuse.
   - Toi aussi.

À ce moment-là, Laurie devrait se sentir soulagée, mais ce n’est pas comme lors des autres ruptures. Non, cette fois, elle a l’impression d’avoir raté quelque chose avec Thomas. En fait, c’est la première fois qu’elle avait envie de poursuivre une histoire.

Il se passe dix minutes avant que Thomas ne reprenne ses esprits. Ses larmes ne se sont pas arrêtées. Mais il doit parler à Julie.
   - Allô ? Julie ?
   - Oui… Thomas ? Tu fais quoi là ? Pourquoi tu appelles ?
   - C’est fini…
   - Quoi ?...
   - Je viens de rompre avec Laurie (Thomas a des sanglots  dans la voix).
   - Pourquoi tu as fait ça ?
   - Hein ? (il ne comprend pas sa réponse) C’est toi qui m’as dit tout à l’heure de faire un choix, lorsque l’on était sur Facebook.
   - Je n’ai pas été sur Facebook. C’est une copine qui était sur mon ordinateur tout l’après-midi, pendant que j'étais en train de terminer le dossier que l’on fait, elle et moi en commun. Je pensais qu’elle faisait des recherches concernant notre travail, justement.
   - Ce n’est pas avec toi que je parlais ?
   - Non ! Du reste, c’est quoi cette histoire ?
   - Je pense que, de toute manière, c’est un bon choix. Je ne pouvais pas rester avec Laurie et continuer ce que l’on vit tous les deux. Je pense continuellement à toi...

La conversation se prolongea… ils auraient aimé être déjà au lendemain.

Le lendemain… c’est aujourd’hui, mercredi.

Thomas a décidé de ne pas être en retard. Il arrive dix minutes en avance… mais elle est déjà là. Elle l’attend à l’angle de la rue menant du parc à chez lui. Comme la première fois.
Quelque chose en elle a changé : elle est encore plus belle que les autres jours. Elle est magnifique ; une légère brise soulève délicatement ses cheveux.
 
Thomas est encore à 10 mètres de Julie : il a tout le temps de remarquer combien elle est belle, combien son corps est léger.

Thomas est maintenant à 5 mètres de Julie, il voit ses yeux verts, qui brillent. Il se demande si elle peut entendre son coeur, qui bat si fort.

Thomas est désormais à 10 centimètres du visage de Julie qui, cette fois, ne tourne pas la tête pour lui tendre la joue.

Thomas est à 1 centimètre, leurs lèvres vont se toucher. Ce moment - cette première fois, Thomas ne les revivra plus jamais avec Julie. C’est leur « premier baiser ». Il ne se souvient même plus comment ils en sont arrivés là. Ce qu’il veut retenir, c’est le goût de ses lèvres, la douceur de sa joue qu’il caresse de la main, la chaleur du soleil qui brille, aujourd’hui que pour eux.


@Speciosa00mea : Merci, ça me fait plaisir que mes textes plaisent. J'espère arriver à faire passer des émotions...
C'est beau. Magnifique !