Ecrivain en herbe

On se retrouvera un jour

Olivier est enfin bien installé dans sa chambre d’hôtel. Il a tellement attendu de pouvoir partager ce moment de loisir avec son fils.
Il avait réservé l’hôtel et les billets d’avion sur un coup de tête, trois mois auparavant.
C’était important de pouvoir se retrouver avec Nathan dans ce lieu.

Habituellement, c’était Delphine qui prenait l’initiative de rechercher le vol le plus avantageux, ainsi que la meilleure offre pour l’hôtel. Cette fois, Olivier a consulté le site du parc d’attractions, puis il a réservé deux chambres communicantes dans l’hôtel le plus
proche du parc.
Pour l’avion, ce ne fut pas plus compliqué ; il a réservé sur le vol dont l’horaire correspondait le mieux avec ses dates de vacances. Ce n’était pas le plus économique, mais Olivier ne devait pas se poser trop de questions, au risque de tout reporter.

Cela fait déjà 3 jours que les deux garçons fréquentent le parc et même s’ils ne sont qu’à la moitié de leur séjour, ils ne s’ennuient pas une seconde. De plus, même l’hôtel est déjà une attraction à lui tout seul : la piscine est digne d’un parc aquatique et le petit déjeuner est pris en compagnie des personnages du parc.
Le temps passe à toute allure ! On ne réalise même plus qu’il y a un papa et un enfant de 7 ans, tellement ils rient et s’amusent tous les deux comme des “gamins”.

Ce soir, ils ont décidé de dîner dans un restaurant à l’ambiance “western”. Pour se mettre dans l’ambiance, Olivier est allé acheter une panoplie de cowboy pour Nathan, pendant que celui-ci finissait de s’habiller. 
Mais, tout en regagnant sa chambre, Olivier croise une personne qu’il ne pensait plus jamais revoir. Si elle n’était pas accompagnée d’une seconde silhouette de la même taille que Nathan, il aurait pu avoir un doute.
Il ralentit le pas, en regardant les deux filles rejoindre leur chambre, mitoyenne de la sienne.

« Mince, je n’ai pas envie de parler de ma rencontre à Nathan... On n’a peu de chances de les rencontrer dans un parc où il y a plus de 40 000 visiteurs par jour ! »

Évidemment, Nathan est ravi de la surprise de son papa. Olivier a également joué le jeu avec un chapeau de cowboy ; ce n’est pas un Stetson, mais ce sera parfait pour cette soirée.
Nathan qui saute de joie dans tous les sens, arrive à faire oublier à Olivier la rencontre dans le couloir, 30 minutes plus tôt.

Olivier et Delphine ont eu tous les deux des enfants d’une précédente union. Delphine a une petite Manon de 7 ans et Olivier a Nathan, qui vient tout juste de fêter ses 7 ans également. Ils ont pris le temps de se connaître, et bien qu’ils n’aient jamais vécu ensemble, ils ont passé plus de 2 ans tous les quatre, partageant vacances et week-end, tout naturellement. Et c’est avec une grande tristesse que le couple s’est défait un jour, sans réelle raison, juste une incapacité à réussir à construire quelque chose ensemble. Quelque chose… à quatre !

Mais depuis deux ans et ce fameux jour où Delphine a décidé de mettre un terme à leur histoire, Olivier n’avait plus jamais entendu parler d’elle. Il avait d’ailleurs changé de numéro de téléphone et Delphine avait coupé tout contact sur Facebook.
Cela ne voulait pas dire qu’il l’avait oublié, loin de là, c’est juste qu’il fallait avancer. C’était d’ailleurs le but de ces vacances. Créer des souvenirs avec son fils, juste pour tous les deux.

Nathan est aux anges en portant son costume de cowboy et il adore l’idée que son papa soit déguisé lui aussi avec son chapeau.
Les deux garçons rentrent dans le restaurant avec une démarche digne de Burt Lancaster dans les films de cowboy.
Leur table est réservée, un serveur, habillé lui aussi en cowboy, les accompagne jusqu’à leur siège. Il ne manque pas de saluer la jolie tenue de Nathan, qui gonfle le torse.
Arrivant devant leur table, Olivier a un temps d’arrêt, interloqué. A la table voisine de la leur, Delphine et Manon sont en train de siroter un cocktail aux multiples couleurs. Il devine que Delphine manque de s’étouffer…

À ce moment, tout un tas de souvenirs affluent dans la tête d’Olivier.
Après 10 secondes, il se retourne vers le serveur afin de lui demander de changer de place. Mais déjà, Nathan s’est approché de la table des filles pour faire un bisou à Delphine. Pour Olivier, la situation ne pourrait pas être pire, mais c’est sans compter sur ce serveur, décidément très habile. Il demande :
« Vous semblez vous connaître, souhaitez-vous peut-être que l’on rapproche les tables? »

Difficile de refuser, tant cela avait l’air de faire plaisir à Nathan, et puis, il faut bien reconnaître, passer un moment en compagnie de Delphine était loin de déplaire à Olivier. Bien évidemment, il avait souffert de leur séparation. Il avait beau éviter d’y penser, souvent ses pensées débordaient jusqu’à affluer dans son corps tout entier. Ces moments, il les détestait.

Les filles venaient d’arriver pour une semaine, et, “grande surprise”, elles avaient la chambre mitoyenne de celle d’Olivier. Elles avaient pris une seule chambre pour les deux, par économie, et, pour optimiser leur séjour, elles avaient aussi décalé leur date de départ.
Lorsque Delphine explique cela, Olivier baisse les yeux, se sentant coupable de ne pas avoir “optimisé” leur départ. Delphine éclate de rire lorsque Olivier lui explique, à son tour, comment, en moins de 5 minutes, tout avait été réservé : avion + hôtel + entrées au parc.

Le repas se passe dans une ambiance détendue, comme si ces deux dernières années n’avaient pas existé.
Dans la conversation : rires, anecdotes marrantes concernant leurs lieux de travail, ainsi que la progression des enfants dans les disciplines scolaires. Au moment de la séparation, ils savaient à peine déchiffrer ; aujourd’hui, ils lisent la carte et passent leurs commandes tous seuls.
Delphine a évolué dans son entreprise, Olivier est ravi et lui explique qu’il avait toujours cru en elle.
Olivier a ralenti un peu son ascension dans son entreprise, afin d’avoir plus de temps à consacrer à Nathan, ainsi qu’à des activités sportives.

Le temps passe à toute allure et ils en sont déjà au dessert. C’est le moment de se “raccompagner” sur le palier de leurs portes respectives. Même si les enfants ont grandi, il y a toujours une bonne entente entre eux. C’est alors que Manon propose de petit déjeuner tous ensemble. A cette idée, le visage de Delphine se crispe sous les yeux d’Olivier. Que doit-il comprendre ?
Est-ce que Delphine a peur qu’il accepte - ou qu’il refuse ?
Nathan, n’attendant pas la réponse d’un adulte, répond :

« Ah oui, c’est cool ! Tu viens taper quand vous êtes prêtes ! Bonne nuit les filles !... »

Nathan fait un bisou à Delphine et à Manon. Manon, à son tour, fait un bisou à Olivier.
Delphine et Olivier se contentent d’un salut de la main, en se souhaitant une bonne nuit.

Trouver le sommeil est bien difficile pour Olivier, surtout après une telle soirée.
Même s’il savait que Delphine n’avait pas quitté ses pensées, ni son coeur… il aurait espéré que cela le touche moins de partager à nouveau un repas avec elle. En plus, Manon devenait moins timide et plus maligne ; elle était encore plus agréable qu’il y a deux ans !

Les garçons, comme d’habitude, sont prêts avant les filles…
Étonnamment, Olivier a mis plus de temps pour se préparer que ces derniers jours. Il fait les cent pas dans la chambre ce qui fait sourire Nathan, qui comprend ce qui se passe. Ils décident donc de regarder des vidéos sur Youtube, en attendant que l’on frappe à leur porte.
Il est 9h30… et toujours personne ! Ce seront donc les garçons qui vont aller réveiller ces demoiselles !
Au moment où Nathan ouvre sa porte, il se retrouve nez à nez avec Manon, qui sursaute.
De toute évidence, Delphine avait, elle aussi, passé beaucoup de temps dans la salle de bain.

Tous les quatre se retrouvent pour le petit déjeuner, continuant la discussion de la veille.
Olivier sourit de “revoir” les habitudes alimentaires des filles, comme si rien n’avait changé : un yaourt aromatisé avec du chocolat en poudre et des tartines de Nutella. Lui, par contre, avait désormais opté pour un petit-déjeuner « moins riche ». Delphine est surprise de voir Olivier avaler du fromage blanc et du muesli, davantage encore quand elle le voit prendre des fruits en accompagnement.
Olivier rigole intérieurement en regardant du coin de l’oeil le visage de Delphine. Faisant comme s’il n’avait rien remarqué, il donne également des fruits à Nathan qui accepte, comme chaque matin.
Le petit-déjeuner se termine et tous les quatre se donnent rendez-vous dans le hall pour parcourir le parc ensemble.

Aujourd’hui, Olivier et Delphine ont décidé de mettre sur « pause » les souvenirs à deux… Ce seront des souvenirs… à quatre !

Les journées s’enchaînent et se ressemblent toutes. C’est le dernier jour des garçons au parc, mais il reste encore trois jours pour les filles. Comme chaque soir, les filles sont dans les chambres des garçons. Manon et Nathan dans la chambre de Nathan en train de discuter, jouer et regarder des séries sur l’ordinateur d’Olivier. Delphine et Olivier sont en conversation dans la chambre d’Olivier.
Le son de l’ordinateur des enfants étant trop fort, Delphine se lève du lit et pousse la porte communicante entre la chambre de Nathan et celle de son papa. Sous l’impulsion de Delphine, la porte se ferme doucement. Elle revient s’asseoir sur le lit d’Olivier, juste à côté de lui.
La discussion est légère, chacun raconte des anecdotes du travail, ou les “folles aventures” des enfants à l’école…
Soudain Delphine s’étire en remuant ses épaules. Olivier, tout naturellement, lui propose de la masser, comme si rien n’avait changé, Delphine enlève son top et détache son soutien-gorge, tout en en maintenant les bonnets sur sa poitrine puis elle se couche sur le ventre. Devant cette vision qu’il n’espérait plus, Olivier sent son cœur battre la chamade. Un spectacle auquel il s’était refusé de repenser.
Ne souhaitant rien laisser transparaître, il se met à côté d’elle et commence à toucher sa peau. Delphine ferme les yeux. Olivier commence à masser les épaules de Delphine et descend lentement le long de sa colonne vertébrale. Il la sent se tendre lorsque ses gestes se font plus précis.
Lui aussi ferme les yeux… il la masse, comme il le faisait déjà deux ans en arrière.
En terminant son massage, il ne peut se retenir de déposer un baiser sur le dos de Delphine. Mais c’est de ses lèvres qu’il a envie. Apparemment, Delphine ressent la même chose, car elle se retourne et, sans ouvrir les yeux, accueille chaleureusement les baisers d’Olivier.

Leurs retrouvailles sont sensuelles, pleines de tendresse, pleines de fougue…
Cette nuit, rien d’autre n’existe… qu’eux deux.

Les enfants se sont endormis dans la chambre de Nathan. Il est huit heures du matin, Delphine ouvre les yeux, elle vient se blottir sur l’épaule d’Olivier, comme elle l’a fait tellement de fois. Olivier ouvre les yeux à son tour, il prend le menton de Delphine et l’embrasse.
Olivier regarde Delphine et lui dit :

« Que dirais-tu si je continuais à ne pas optimiser notre voyage avec Nathan et si nous changions nos billets pour prolonger le séjour avec vous ?... »
« Je dirais qu’on pourrait rééquilibrer le budget en rendant au moins une chambre d’hôtel ! Et je pense que Manon sera aussi ravie que moi... »

Delphine embrasse de nouveau Olivier, ferme les yeux et sent son coeur battre à toute allure, comme au premier jour. Aujourd’hui, c’est un nouveau « premier jour ».