Ecrivain en herbe

Son cocon

Pausée sur son bureau, elle se prélasse. Pas d'obligation. Pas de devoir à finir à la dernière minute.

Tranquille, dans une chambre aux murs bleus. Où quelques autocollants d'oiseaux qui volent prennent fièrement place. Des rideaux blancs à sa fenêtre, avec des motifes circulaires faisant penser à des pluies de perles. A côté de sa fenêtre, se trouve une petite cage à oiseau pendu au mur, où elle aime y accrocher des cartes postales et des souvenirs. 

Au plafond, il y a sa lampe possèdant un abajour, faisant penser à un petit nuage. Sur un de ses murs, se trouve un cadre, ou trônnent des papillons en papier de toutes formes. Sur ce même mur plus loin, il y a son armoir.

Une armoir qui possède sur ses portes, tous ses dessins, peintures et textes dont elle est fière. Dans cette armoir, elle range tout ce qu'elle n'utilise pas, ainsi que ses vetêments.

Sous sa fenêtre, il y a un radiateur poussièreux. Et contre celui-ci, un lit à monture de bois. Et dessus, on peut voir toutes les traces d'ongle qu'elle aime y faire. Des restes de colles d'autocollants mals effacés. Sa couverture est en boule avec des motifs de fleurs rouges et roses. Son matelas est couvert d'un drap blanc, avec une trace de sang.

Son bureau blanc est posé contre la tête de son lit, et sur celui-ci, c'est tout un désordre ! Il y a sa tasse décorée de motifs à fleurs oranges et d'oiseaux bleus, contenant encore un fond de capuccino. Un carnet à spirale, ouvert sur une page blanche.  

Un pauvre petit sablier se place sur un bord du bureau, inutile, mais comme est est supersticieuse, elle le retourne tout le temps. Un boitier se trouve à côté, un boitier pour garder un stylo à encre. 

Dans une petite boite, il y a toutes les plumes à caligraphie, et traînant seul sur le bureau blanc, la tige qui les acceuille. Elle a encore quelques bols sales, auparavant utilisés pour peindre, qu'elle ne prend pas le temps de débarasser et laver.

Pleins de feuilles, contenant petits mots doux, notes, et inspirations se trouvent en vrac, posés à la va vite. On peut encore lire "-Spring Day des bts ->regarder d'urgence" ou encore " Celui qui se contente de peu est heureux".

Son bureau blanc possède plusieurs taches de peintures, rapellant les moments passés à peindres des torchons.

Au finale, elle aime sa chambre. C'est son coin, chez elle. Son vrai cocon.

 


Très jolie description. Il faudrait faire attention à la relecture et à certaines fautes qui peuvent facilement être corrigées (je me permets de le signaler, car j'en fais également beaucoup ;-) ).