Ecrivain en herbe

le poète et la schizophrène7

Mohamed, décharné, édenté, chauve, le corps marqué par une multitude d'hématomes, paraissait plus âgé, il donnait l'impression d'avoir une cinquantaine d'années. Le destin ne l'a pas épargné. Après des tas de petits boulots, non qualifiés, difficiles physiquement, une errance sans nom, des petits trafics, du commerce illicite, Mohamed plongea les yeux bien ouverts dans une gamme d'addictions : le tabac, l'alcool, le haschisch, les médicaments, la cocaïne, l'héroïne, ecstasy, jeux au casino. Il rêvait d'écrire le poème absolu, il était d'ailleurs le seul à en connaitre la définition. Sa rencontre avec Marie ne pouvait être qu'explosive.