Ecrivain en herbe

le poète et la schizophrène 20

La convalescence dura six mois. Marie et Mohamed reprirent des couleurs, la libido était de retour. Leur passion dévorante les consummait jusqu'à épuisement. Ils restaient des semaines entières, à boire du café, du thé, à fumer des cigarettes, à regarder la télé, à jouer à des jeux de société, à prendre plusieurs douches dans la journée. Ils raclaient la simplicité et la médiocrité de l'esprit. Quel bonheur cette paix intérieure se disaient-ils. Et puis, et puis les vieux démons qui remontaient à la surface, plus exigeants, plus tyranniques, plus destructeurs.

Etait-ce le coup de grâce ?