Ecrivain en herbe

le poète et la schizophrène 21

Marie et Mohamed allèrent à l'hippodrome, misèrent placé sur un tocard. Leur gain leur permit d' organiser un banquet dans leur petit appartement. Du champagne, du bon vin, du caviar, du foie gras, des cailles, des fromages, des appéritifs, des digestifs, du bon pain. Etaient présent plusieurs connaissances, plusieurs convives, ayant quitté l'hôpital psychiatrique parmi lesquels Hélène l'aristocrate qui affirmait descendre d'une lignée normande du onzième siècle, Jean-luc le gay dont l' orientation sexuelle dès l'âge de quatre ans lui avait causé des problèmes identitaires et familiaux. Son choix pour la prostitution et le sida l'avait définitivement exclu de la communauté des hommes. Quant à Thérése, elle n'avait jamais réussi à surmonter le viol de son père qu'elle avait subi à l'âge de sept ans. Des décennies de mal être, de culpabilité, d'autodestruction. Resté Mathieu, un rescapé du LSD, un légume qui recherchait sans cesse à colmater la fuite de son cerveau.